Banque Populaire Auvergne Rhône Alpes
Montagnes et Stations
16/12/2020

Le bout du tunnel, enfin.

La mobilisation a été à la hauteur des émotions suscitées par l’annonce de la fermeture des remontées mécaniques par le Premier Ministre Jean Castex le 26 novembre. Unis, les acteurs de la montagne ont défendu leurs métiers avec passion pour montrer qu’ils étaient prêts à accueillir des skieurs dans ce contexte Covid-19. 

Jeudi dernier, quelques heures après l’audience du référé liberté, les mots de Jean Castex ne laissaient présager rien de bon quant à la décision du Conseil d’État. Puis, le verdict est tombé vendredi, confirmant les signaux envoyés la veille : les remontées mécaniques resteront à l’arrêt durant les vacances de Noël. Mais au-delà d’une décision qui paraît injuste à bien des égards, comme pour tous les secteurs qui sont impactés par les décisions du gouvernement (culture, restaurants, cinéma, etc.), l’écosystème montagnard sait désormais où il met ses skis.

Car en dépit de la grisaille ambiante, la date prévisionnelle d’ouverture des domaines skiables, annoncée au 7 janvier 2021, est synonyme de lueur d’espoir. Au cours de la réunion du 11 décembre entre, d’une part, les membres du gouvernement, Jean Castex, Elisabeth Borne (ministre du Travail), Olivier Véran (ministre de la Santé), Gabriel Attal (secrétaire d’État auprès du Premier ministre, Porte-parole du Gouvernement) et Jean-Baptiste Lemoyne (secrétaire d’Etat chargé du Tourisme), et d’autre part, les acteurs de la montagne, ANMSM, DSF, SNMSF, les domaines skiables ont eu toutes les garanties pour sauver un début de saison inéluctablement retardé.

Un grand plan de 400  millions d’euros, d’ailleurs plutôt très bien reçu par les « frondeurs », a été présenté dans la foulée. Ainsi, l’État prendra en charge 70 % des charges fixes des exploitants, près de 12 000 commerces pourront accéder au fonds de solidarité à hauteur de 50 % de leur chiffre d’affaires, les moniteurs de ski seront indemnisés à hauteur de leur chiffre d’affaires du même mois en 2019 dans la limite de 10 000 euros et le chômage partiel à « zéro charge » a été reconfirmé. Des compensations vitales pour les 250 stations de montagne et les milliers d’emplois qu’elles génèrent. Avec l’horizon du 7 janvier comme leitmotiv et raison d’être. Car comme le dit le proverbe « si haute soit la montagne, on y trouve un sentier. »

 

Twitter Facebook Google Plus Linkedin  

Du 01 au 05 Février 2021

ISPO Munich,
En digital

Global Sports Week,
En digital

Jeudi 18 Février 2021

Webinar I-Risk « Avalanches : gestion du risque spatial et compréhension des processus de déclenchement »,
En digital

Du 18 au 21 Février 2021

Ski Union Expo 360°,
Russie

Du 08 au 10 mars 2021

Sport Achat Winter,
à Lyon - Eurexpo